Search Icon
fr
en

Cofinancé par l'Union européenne

Renforcer l’autonomisation des jeunes dans les réformes de l’environnement des affaires : Un appel à des dialogues publics-privés inclusifs




Dans cette ère de transformation où les politiques et les réglementations qui font partie de l’environnement des affaires évoluent, il est crucial d’impliquer activement tous les segments de la population et en particulier les jeunes esprits, car les politiques d’aujourd’hui auront un impact sur la façon dont se présentera l’avenir. Très souvent, les réformes des politiques et des réglementations se font de manière descendante, en excluant de la conversation de larges segments de la population. La zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est un exemple rare où les jeunes ont non seulement été impliqués dans la conversation, mais ont également influencé les dialogues de manière significative, créant ainsi de nouvelles opportunités pour les jeunes.

 

Le Nile Youth Development Actions (NYDA) a été un catalyseur de changement, facilitant les conversations sur la ZLECAf pour les jeunes entrepreneurs.euses. Cette initiative a permis aux jeunes de jouer un rôle dans les négociations. John Magok, fondateur de la NYDA, défenseur de la jeunesse et expert en développement des ressources minérales auprès de l’Union africaine en Éthiopie, explique comment il a examiné en profondeur l’AfCFTA, afin d’en comprendre tous les détails et les avantages potentiels pour les jeunes. Il encourage d’autres jeunes à faire de même : « Une fois que les jeunes peuvent identifier ces obstacles, il devient plus facile d’approcher les décideurs.euses politiques et de s’engager dans des dialogues public-privé visant à promouvoir l’autonomisation économique des jeunes ».

 

La NYDA a collaboré avec Uzalendo African Initiative et Evoke Research Primary Cooperative, afin d’explorer les moyens de faire fonctionner la ZLECAf pour les jeunes hommes et femmes du continent. Ce discours collaboratif a non seulement ouvert de nouvelles voies pour les jeunes, mais a également offert des conseils précieux concernant l’accès à des marchés plus larges et l’expansion des entreprises au-delà des frontières nationales. Il a permis de combler le manque de connaissances qui entrave souvent la participation et l’inclusion des jeunes et des femmes dans la mise en œuvre de tels accords.

Le rôle des dialogues public-privé (DPP)

Les dialogues public-privé lancés dans le cadre de la ZLECAf sont un bon exemple de la manière dont ce processus de dialogue peut être essentiel pour garantir l’appropriation par un large éventail de parties prenantes et faire en sorte que des décisions éclairées puissent être prises. Ils jouent un rôle important dans l’autonomisation économique des jeunes. Ces forums offrent un espace de dialogue constructif entre les secteurs public et privé, servant de passerelle pour répondre aux préoccupations des jeunes. Les DPP inclusifs créent un environnement propice à l’élaboration de politiques et d’initiatives efficaces. Lorsque les jeunes peuvent facilement partager leurs points de vue, les milieux d’affaires bénéficient d’une meilleure compréhension de l’évolution des besoins de la jeune génération.

Défis rencontrés par les jeunes

Le cas de la ZLECAf est une exception. En général, la voix des jeunes est exclue des discussions sur les politiques et les réglementations qui affectent directement leurs entreprises et leurs perspectives d’emploi. Les accords multilatéraux, comme la ZLECAf, sont conçus pour apporter des réformes positives, mais les voix des jeunes sont souvent sous-représentées dans les discussions public-privé en raison d’un manque de sensibilisation aux réformes et aux politiques.

 

De plus, la disponibilité limitée des services de soutien à l’emploi et à l’autonomisation ajoute aux obstacles auxquels les jeunes sont confrontés pour naviguer dans le paysage de l’emploi et des affaires. Les stéréotypes sociétaux empêchent également les jeunes de s’exprimer sur les réformes de l’environnement des affaires, ce qui a un impact sur leurs activités économiques. Il convient de noter que les jeunes femmes participent encore moins aux DPP en raison d’une combinaison de facteurs, notamment les législations discriminatoires, les normes sociales, les obstacles à l’accès au financement, aux connaissances et à d’autres ressources. Pour en savoir plus sur la manière d’aborder ces questions et de promouvoir les organisations de femmes dans les dialogues public-privé afin de favoriser l’autonomisation économique des femmes dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), téléchargez l’ICRapport ICI (uniquement disponible en anglais).

Compétences et connaissances pour une participation efficace des PPD

Pour relever ces défis, les jeunes doivent améliorer leurs connaissances, tirer parti des réseaux existants et identifier les lacunes et/ou les obstacles qui les empêchent de trouver un emploi ou de gérer leur entreprise sans heurts. Il s’agit de compétences de communication efficaces, de compétences de négociation et de mise en réseau, pour n’en citer que quelques-unes. Les jeunes sont également encouragés à développer un état d’esprit d’apprentissage continu qui les aidera à se tenir au courant des réformes et des politiques qui affectent leurs perspectives d’activité et d’employabilité.

Conseils aux décideurs.euses politiques et au secteur privé

Ceux/celles qui participent aux dialogues public-privé, y compris les décideurs.euses politiques et les acteurs du secteur privé, devraient rechercher de manière proactive et écouter attentivement les points de vue des jeunes. Les expériences et les aspirations inestimables qu’ils/elles apportent à la table sont cruciales pour formuler des réformes qui s’alignent sur les aspects pratiques sur le terrain. En outre, des programmes de mentorat devraient être mis en place pour guider les jeunes dans les complexités des dialogues public-privé pour l’inclusion des jeunes et l’autonomisation économique. Les faits suggèrent également que l’autonomisation des jeunes dans les discussions qui peuvent influencer l’environnement des affaires est un objectif louable alors que les pays ACP s’efforcent de parvenir à une croissance économique durable.

 

Le dernier rapport de la Facilité ICR, intitulé « Promouvoir la participation des jeunes au dialogue public-privé pour favoriser la réforme de l’environnement des entreprises en vue de l’autonomisation économique des jeunes », examine les raisons de l’exclusion fréquente des jeunes des DPP dans la région ACP. Il décrit les moyens de rendre le processus de DPP plus inclusif pour les jeunes, en soulignant les avantages potentiels de l’adoption d’une telle approche. En outre, le rapport met en évidence des stratégies pour soutenir les associations d’entreprises et de commerce avec un accent sur la jeunesse, leur permettant de participer activement et efficacement aux DPP. Le rapport peut être téléchargé ICI (uniquement disponible en anglais).

Prochain webinaire de la Facilité ICR sur les DPPs incluant les jeunes pour les réformes de l'environnement des affaires

Rejoignez-nous le 19 février 2024 de 15:00 à 16:30 CET / 2:00 à 3:30 GMT pour un WEBINAIRE discutant de la participation des jeunes aux dialogues public-privé afin de favoriser les réformes de l’environnement des affaires pour l’autonomisation économique des jeunes.

 

Ce webinaire est l’occasion de découvrir le rôle central que les jeunes peuvent jouer dans l’élaboration de l’environnement des affaires. Les intervenant.e.s partageront des exemples concrets et des études de cas, et les participant.e.s apprendront comment soutenir les entreprises et les associations commerciales axées sur les jeunes pour leur permettre de participer activement aux DPP, ainsi que les réformes de l’environnement des affaires garantissant un processus DPP plus inclusif avec les jeunes hommes et les jeunes femmes. En outre, les participant.e.s pourront participer à des réunions en petits groupes avec des expert.e.s et des praticien.ne.s de premier plan, ce qui leur donnera l’occasion de s’engager avec leurs pairs et de comprendre les mesures que les acteurs des pays ACP peuvent prendre pour soutenir l’implication des jeunes dans les dialogues public-privé.

 

Vous pouvez vous inscrire à l’événement ci-dessous. Il sera organisé en anglais. Une interprétation simultanée de l’anglais vers le français sera assurée.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Petites et moyennes entreprises et start-ups
Closing the gender gap in Senegal’s economy
Women make up most of the agricultural workforce in Senegal and many have ambitions to start or grow their own farming businesses. But lack of finance and traditional cultural norms are holding them back. A new initiative between the Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal (UNACOIS), finance partners and with the support of the ICR Facility has proved that targeted and timely support can transform their fortunes – and those of their country.
En savoir plus
Autonomisation économique des jeunes
Promoting business environment reform for youth entrepreneurship
More than one-third of young people in the ACP region work as entrepreneurs. Women represent two out of every five early-stage entrepreneurs globally, and entrepreneurial activity among young women in ACP countries is high. However, young people's access to opportunities for developing their businesses is hampered, among other things, by poor policy and institutional conditions, lack of information on business support services, and lack of coordination and training among civil servants assisting them. This blogpost also invites readers to join our upcoming webinar to learn more about business environment reforms for youth entrepreneurship in ACP region on 16th May.
En savoir plus
Autonomisation économique des jeunes
Promouvoir la réforme de l’environnement des affaires pour l’entrepreneuriat des jeunes
Plus d'un tiers des jeunes de la région ACP travaillent comme entrepreneurs. Les femmes représentent deux entrepreneurs en phase de démarrage sur cinq dans le monde, et l'activité entrepreneuriale parmi les jeunes femmes dans les pays ACP est élevée. Cependant, l'accès des jeunes aux opportunités de développement de leurs entreprises est entravé, entre autres, par de mauvaises conditions politiques et institutionnelles, un manque d'information sur les services de soutien aux entreprises, et un manque de coordination et de formation parmi les fonctionnaires qui les assistent. Ce billet invite également les lecteurs à se joindre à notre prochain webinaire pour en savoir plus sur les réformes de l'environnement des entreprises pour l'entrepreneuriat des jeunes dans la région ACP le 16 mai.
En savoir plus
Contactez nous