ePrivacy and GPDR Cookie Consent by Cookie Consent

Comment les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique peuvent-ils accélérer leur transition vers un développement plus résistant au climat ?

La communauté mondiale doit de toute urgence accélérer la transition vers un développement plus résistant au climat face à la hausse des risques climatiques. La nécessité d'agir est particulièrement aiguë pour les pays qui sont les plus vulnérables au changement climatique; cela inclut de nombreux pays du groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

Dans ce blog, nous examinons ce qui est nécessaire pour débloquer les fonds des acteurs des secteurs public et privé afin d'investir dans les pays ACP et d'accélérer cette transition. La facilité ICR soutient les processus et les initiatives de dialogue public et privé qui visent à favoriser une prise de décision éclairée qui permettra d'investir et d'améliorer l'environnement des entreprises.

La nécessité d'accroître le Financement de l'Adaptation

L'adaptation aux conséquences du réchauffement climatique nécessite des investissements considérables dans la gestion de l'eau, la protection contre les inondations, l'agriculture, les soins de santé et les infrastructures. Les besoins en investissements pour l'adaptation, bien que difficiles à estimer, seront probablement de l'ordre de 140 à 400 milliards de dollars par an d'ici 2030[1]. Les niveaux actuels de financement de l'adaptation étant estimés à 30 milliards[2] de dollars US par an, ce chiffre est bien en dessous des montants nécessaires. Si l'impératif d'action est clair, le financement ne circule pas à l'échelle nécessaire. Un défi majeur est de savoir comment débloquer des flux financiers plus importants pour un développement résistant au climat. La facilité ICR estime que les instituts financiers de développement et le secteur privé doivent jouer un rôle de plus en plus important.                                              

Le rôle central des Instituts Financiers de Développement

Actuellement, la quasi-totalité du financement de l'adaptation est fournie par les acteurs publics, la partie majeure étant canalisée par les Instituts financiers de développement (IFD)[3]. Il est important de noter que le montant qu'ils fournissent ne cesse d'augmenter. Nous savons que les IFD ont déjà joué un rôle déterminant dans la réorientation des investissements du secteur privé vers l'atténuation du changement climatique, en particulier pour les énergies renouvelables, en appliquant des instruments de gestion des risques, tels que les garanties, l'assistance technique et les assurances. Ces instruments financiers s'attaquent aux risques de marché et aux risques politiques les plus courants. Cela a permis d'attirer des investisseurs privés et d'accumuler des quantités importantes de capitaux du secteur privé. Avec un engagement mondial à fournir une plus grande proportion de financement climatique pour l’adaptation qui a été renouvelé lors du sommet des Nations Unies sur l'Action Climatique en 2019, il est clair que les IFD peuvent jouer un rôle de plus en plus important dans la canalisation des fonds et l'utilisation des instruments de gestion des risques pour attirer davantage d'investissements du secteur privé en faveur d'un développement résistant au changement climatique. 

Le besoin de mieux engager le secteur privé

Il reste urgent de catalyser l'expertise et la capacité d'innovation du secteur privé, de développer de nouvelles technologies et d'exploiter le levier financier qu'elles peuvent fournir. L'engagement des entreprises dans l'adaptation au changement climatique a relevé de nombreux défis, par exemple du fait d'infrastructures de soutien inadéquates, d'un manque de politiques propices ainsi que d'obstacles techniques, institutionnels, de conception, financiers et de capacité. Pour certains investissements comme la protection côtière, bien qu’il présente de grands avantages pour le public, cela peut ne pas être intéressant pour les investisseurs privés. Cependant, il existe des opportunités d'investissement prometteuses, notamment dans les domaines de l'eau, de l'agriculture et de la forêt. Les gouvernements doivent de plus en plus faciliter la voie aux investissements du secteur privé en intégrant les considérations climatiques dans les politiques sectorielles clés et en fournissant un environnement commercial favorable aux investissements sensibles au climat.

La Facilité pour la Réforme du Climat d'Investissement (ICR Facility)

La facilité ICR soutient le développement de meilleurs environnements commerciaux. Il contribue à la mise en œuvre du plan d'investissement extérieur de l'Union Européenne et est aligné avec la stratégie Green Deal de l'UE. Il est mis en place pour aider les pays partenaires du groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et les institutions régionales à créer un environnement commercial et un climat d'investissement plus favorables. Étant donné que la plupart de ces pays ACP sont très vulnérables au changement climatique, la Facilité reconnaît la nécessité urgente d'aider les pays partenaires à identifier et à accéder aux investissements afin de renforcer leur résilience au changement climatique.

À cette fin, la Facilité ICR délivrera une série de documents de connaissance et des webinaires d'accompagnement pour explorer certaines des questions clés qui sont mises en évidence dans ce blog.

Nous avons examiné le rôle du secteur privé dans les pays ACP dans notre premier webinaire, et nous avons identifié les possibilités qui s'offrent aux entreprises de contribuer à l'adaptation au climat ainsi que le soutien et les activités nécessaires pour améliorer la facilité de faire des affaires dans leur pays. Regardez l'enregistrement de l'événement en ligne en anglais ici.

L'ICR soutient l'ambition climatique dans le contexte de la relance de COVID 19. Si vous êtes une partie prenante éligible dans un pays ACP, vous pouvez demander une expertise technique à court terme par le biais de la Facilité pour vous aider à résoudre certains de ces problèmes dans votre pays. Veuillez trouver tous les détails ici.


[1] Puig, D., Olhoff, A., Bee, S., Dickson, B., & Alverson, K. (Eds.) (2016). The Adaptation Finance Gap Report. United Nations Environment Programme

[2] CPI, 2019. Global Landscape of Climate Finance 2019, London.

[3] Global Commission on Adaptation.2019. Adapt Now: A Global Call for Leadership on Climate Resilience

Auteur: Richard McNally, ICR Facility / SNV

La Facilité ICR a soutenu la production de cette publication. Cette publication a été réalisée avec le soutien financier de l'Union européenne (UE), de l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) dans le cadre du 11e Fonds Européen de Développement (FED), du Ministère Fédéral de la Coopération Économique et du Développement en Allemagne (BMZ) et du British Council. La Facilité ICR est réalisée par  GIZ, le British Council, Expertise France et SNV. Le contenu de la publication relève de la seule responsabilité des auteurs et ne reflète pas nécessairement les vues de l'UE, de l'OACPS, du BMZ ou des partenaires de mise en oeuvre.